[#80PortraitDeStartuper] Une photographie aussi étonnante que vivante du monde de l’#innovation, du #digital et de « l’écosystème #startup » @ObsTerritoria

ob_992727_photo

[#80PortraitDeStartuper] Une photographie aussi étonnante que vivante du monde de l’#innovation, du #digital et de « l’écosystème #startup » @ObsTerritoria

Je viens de découvrir avec plaisir que le blog de Territoria, l’Observatoire National de l’Innovation Publique, vient de publier un billet mentionnant la sortie de mon livre blanc #80PortraitDeStartuper dans sa revue de presse hebdomadaire. Merci à eux pour ce clin d’oeil 🙂

Au menu de l’actualité innovante de cette semaine : Un livre blanc pour « 80 starter » – Le « PLU facteur 4 » de Brest Métropole – Le salon du e-tourisme à Saint-Raphaël – Un site web pour « Les Elanceurs » – Dix femmes à suivre pour 2016 – Une révolution à venir dans la révolution du numérique – La Marianne d’or du développement durable – Les prix du Monde pour les Smart cities – le Forum d’Avignon lance le Prix de la start-up culturelle.

http://www.blog-territoria.org/2016/01/l-actualite-innovante-de-la-semaine-3.html

 

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Les startupers sont investis, passionnés et heureux de ce qu’ils font #FrenchTech

Sébastien Bourguignon - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - Conclusion

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Les startupers sont investis, passionnés et heureux de ce qu’ils font #FrenchTech

Ce texte est extrait du livre blanc « 80 #PortraitDeStartuper« , il s’agit de la conclusion que j’ai rédigé. Ce texte est le dernier du livre blanc et annonce le début prochainement de la saison 2 de #PortraitDeStartuper.

Alors finalement, où en êtes-vous après la lecture de ce livre blanc ? Avez-vous obtenu les réponses aux questions qui vous taraudent sur ces entrepreneurs des temps modernes ? Que vous aura apporté ce livre ? Je vous invite à venir le partager sur mon blog au travers d’un billet qui restera ouvert à ce propos pour nous permettre d’enrichir l’échange et l’expérience.

En ce qui me concerne, le projet #PortraitDeStartuper et le livre blanc m’auront apporté beaucoup plus que ce que je n’aurais pu imaginer. Tout d’abord des échanges riches, motivants et passionnants avec des profils de différents univers, parfois avec des personnalités que je n’aurais sûrement jamais côtoyé autrement.

J’y ai gagné aussi un inestimable réseau professionnel et personnel, plus dense et plus engagé, me donnant la certitude que tout est possible lorsqu’on s‘en donne les moyens, qu’on prend quelques risques, qu’on passe les premiers moments de doutes pour se lancer dans une aventure de ce type. À noter que j’ai toujours été bien accueillis par toutes les personnes que j’ai contacté, je n’ai toujours eu que des feedbacks positifs. Et au bout du compte, la persévérance aura payé, en particulier dans la dernière phase du projet qui a consisté à mobiliser les différents contributeurs du livre blanc, tous ont répondu positivement.

J’ai acquis aussi des convictions sur les enjeux liés à la création d’entreprise, aux difficultés que cela peut représenter mais aussi à tous les avantages qu’apporte la liberté d’entreprendre, la possibilité de décider pour soi et non pour quelqu’un d’autre. J’ai rencontré et discuter avec des entrepreneurs investis, passionnés et heureux de ce qu’ils faisaient. Certes, la situation n’est pas toujours idyllique, certains ont encore des problèmes pour atteindre le point mort, ou encore d’autre pour se faire connaître.

Ce qui m’a frappé dans tout ces portraits, ce sont les différentes formes d’entreprenariat qu’il pouvait exister. Que cela soit l’entrepreneur en solo, l’équipe d’associés ou l’intrapreneur avec lequel son entreprise travaille au développement de son projet, finalement tous les modèles existent et laissent ouvert une foule d’options pour trouver son propre modèle.

Qu’est ce que je retiendrais de ces portraits ? Puisque ce serait bien la question à poser. Et bien il me semble qu’il y a 3 mots à noter : résilience, associé et financement.

Commençons par la résilience, cette capacité dont dispose les startupers, leur permettant de déplacer des montagnes malgré tous les obstacles qu’ils rencontrent, toutes les difficultés qui font leur quotidien. Il s’agit là d’une faculté qui est mise sur la table par l’ensemble des startupers interrogés, qu’ils parlent de persévérance, d’endurance, de résistance, tous ces termes recouvrent le même trait de caractère.

Associé est le second mot que je souhaite retenir, alors pourquoi allez-vous me dire ? Tout simplement parce qu’il s’agit du premier facteur clé de réussite qui ressort de toutes ces interviews. L’association, le partenariat, cette décision prise au démarrage de l’entreprise, de choisir une ou plusieurs personnes avec lesquelles il va falloir composer une partition qui parfois peut donner lieu à une douce mélodie ou bien, et c’est le point d’attention, à un bruit strident, agaçant et stressant, qui nécessite que chacune des parties se sépare et tente de limiter la casse. Nombre de ces startupers ont connu, ou connaissent actuellement des difficultés dans leur association, et c’est bien le point le plus important à évaluer lorsqu’on se lance dans l’aventure entreprenariale.

Enfin, je retiendrais financement comme dernier mot. En effet, s’il y a bien un sujet sur lequel tous sont unanimes, c’est le fait de savoir bien gérer les finances de sa structure. La trésorerie, le nerf de la guerre, est l’élément clé qui doit être mesurer et utiliser avec le plus grand soin par l’entrepreneur.

Voilà, après 6 mois de 2015, #PortraitDeStartuper se termine avec ce livre blanc qui j’espère vous aura apporté autant qu’à moi. Et comme je l’ai souvent dit sur mon blog ou sur les réseaux sociaux, ce n’est que le début. Tout d’abord, je peux déjà vous dire que le projet reprendra en 2016, vous pourrez d’ailleurs trouver juste après un teaser des prochains portraits à venir. Ensuite, certains partenariats sont en cours de discussion, et il se pourrait que tout cela prenne une forme vidéo, je vous en dirais plus le moment le moment venu. Enfin, je réfléchis sérieusement à l’opportunité de monter un événement courant 2016 autour des startupers, mais ça ce sera raconté dans un autre livre blanc…

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel mon Article sur Le Journal Du Net : Cloud, les éditeurs historiques doivent s’adapter
___________________________________
___________________________________
Rappel mon Article sur Le Cercle Les Echos : Startups, le champs des possibles est vaste
___________________________________

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – L’agilité d’entreprise, un modèle incontournable pour les startups #FrenchTech @sebdlbc

Sébastien Delayre - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - par Sébastien Bourguignon

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – L’agilité d’entreprise, un modèle incontournable pour les startups #FrenchTech @sebdlbc

L’agilité d’entreprise, un modèle incontournable pour les startups

Les startups naissent sur une intuition d’innovation : un service ou un produit décalé qui va séduire ses futurs clients. Comment et combien de temps faut-il pour que cette intuition se transforme en un carton commercial capable de porter la startup dans les étoiles ?

L’expérimentation en continue avec l’agilité

La capacité à tester dans des boucles très rapides l’intérêt de ses (futurs) clients est fondamental pour une startup : l’agilité à tous les étages fait partie de ses gènes.

Les pratiques agiles dédiées aux startups ne manquent pas : Lean Canvas, Design Thinking, le Lean Startup étant la pratique la plus connue. Le principe du Lean Startup est simple : on cherche à accélérer le développement des produits en se basant sur une boucle de construction, de mesure et d’apprentissage. A partir d’une première idée, la boucle démarre par la construction d’un produit minimum viable qui est mis à disposition d’un premier panel de clients. On mesure ensuite l’intérêt des clients pour le produit. Sur la base de ces mesures, des enseignements sont tirés, permettant de décider s’il convient de persévérer sur l’idée ou s’il est préférable de l’adapter.

De grands industriels cherchent à reproduire l’agilité des startups en utilisant ce Lean Startup à l’instar de GE avec son programme Fastworks. Démesuré, ce programme est à l’échelle de GE : 40 000 personnes formées, plus de 300 projets en Lean Startup soutenus par plus de 80 coachs internes. Les résultats sont au rendez-vous. La turbine à gaz 7HA a été développée avec une avance de deux ans par rapport à des moyens traditionnels, pour un coût diminué de 40 %. Le responsable marketing indique que de nombreuses innovations n’auraient jamais vu le jour sans cette nouvelle culture du « fail fast, fail small » qui encourage l’expérimentation.

L’innovation, moteur de la startup, résultat d’une alchimie complexe

Outre l’expérimentation, la startup doit innover or l’innovation ne se décrète pas, elle doit émerger et s’organiser au moyen d’un modèle opérationnel adapté, d’un certain état d’esprit et surtout d’une culture favorable. L’innovation résulte d’une alchimie entre les individus de la startup. Cette alchimie est elle-même le résultat de facteurs multiples tels que la connaissance acquise, la créativité des individus, leur motivation, la diversité des profils et leurs personnalités. C’est sur ce point que l’agilité peut favoriser l’innovation. En effet, l’agilité catalyse cette alchimie en favorisant la collaboration et la diversité des individus, en renforçant leur motivation par l’autonomie et en introduisant la culture de l’expérimentation et de l’amélioration continue. L’amélioration continue sert ainsi l’innovation incrémentale et les dimensions humaines de l’agilité soutiennent l’innovation de rupture. L’agilité apporte également de l’innovation dans l’organisation, le management et les procédés, créant un terrain fertile pour l’innovation produit.

Disposer d’une équipe agile favorise la transformation de l’information en innovation. Cette transformation s’articule autour des cinq « engrenages de l’innovation », tels que qualifiés par Jurgen Appelo dans son ouvrage Management 3.0 : la connaissance, la créativité, la motivation, la diversité et la personnalité.

La connaissance sur laquelle on capitalise en permanence permet aux collaborateurs de profiter des expériences passées, qu’elles soient positives ou négatives. La créativité transforme la connaissance existante en nouvelles idées. La motivation des collaborateurs catalyse leur créativité et leur capacité à transformer les idées en produits ou services pertinents. Les études1 montrent que des groupes constitués de profils diversifiés (culturellement, intellectuellement, socialement…) apportent à une structure une meilleure capacité d’adaptation et une originalité dans la création. Le partage de valeurs, attributs forts de la personnalité, au sein d’un groupe renforce sa cohésion et sa capacité à se mobiliser.

L’agilité permet ainsi aux startups d’améliorer leurs capacités à expérimenter au plus tôt de nouveaux usages ou produits. Les mécanismes d’aller-retour permettent de valider les hypothèses, de détecter les erreurs rapidement et de « pivoter », c’est-à-dire changer d’orientation.

Au-delà de dynamiser et de sécuriser les projets innovants et les expérimentations, l’agilité en tant que système de valeurs contribue à créer un écosystème favorable à l’adaptation et à la créativité.

En responsabilisant les acteurs et en donnant du sens à leur travail, l’agilité valorise l’humain, une composante clé de l’innovation.

La startup deviendra une entreprise agile

La startup porte en ses gènes un certain nombre de caractéristiques qui si elle les conserve et veille à les cultiver dans la durée lui permettront de devenir une entreprise agile. On constate que l’organisation, les processus et la gouvernance structurellement simple au départ tendent à se compliquer avec la croissance. L’agilité d’entreprise permet de conserver les avantages de la startup en changeant d’échelle.

L’entreprise agile est une entreprise qui apporte des solutions concrètes et personnalisées à ses clients, qui coopère pour améliorer sa compétitivité, qui s’organise pour maîtriser le changement et l’incertitude, et enfin qui se nourrit de la richesse de ses collaborateurs et de son patrimoine informationnel.

Une entreprise agile se démarque des autres par une performance globale basée sur ses capacités à coopérer, anticiper et innover. Sa capacité à coopérer avec son écosystème interne et externe en s’alignant sur un sens commun lui permet d’être en permanence engagée et en ligne avec son marché. Sa capacité à anticiper les événements externes et les conséquences de ses actions et décisions lui permet de ne pas se laisser surprendre et lui évite d’être dans la simple réaction. Enfin, sa capacité à innover de manière juste lui permet de s’améliorer, de faire la différence et de ne changer que ce qui est nécessaire. Cela évite la surenchère inutile d’innovation.

La performance de l’entreprise agile repose sur l’équilibre entre la triple satisfaction de ses clients, de ses collaborateurs et de ses actionnaires. Sa bonne gouvernance dépend ainsi d’un subtil équilibre entre ces trois dimensions.

Une entreprise agile est orientée client, encourage l’innovation par l’expérimentation et en accepte les échecs. C’est une entreprise qui mobilise par le sens, qui développe et respecte ses collaborateurs, et qui fonde ses décisions sur la valeur apportée à sa performance globale.

Fortement orientées clients, les équipes sont en prise directe avec ceux-ci et possèdent toute la latitude pour décider des éléments qui vont accroître leur performance. La valeur apportée à la performance globale est au centre de leur attention.

En encourageant l’expérimentation, l’entreprise agile inscrit dans ses gènes l’analyse de chemins alternatifs pour développer des solutions qui maximisent sa performance. En acceptant l’échec comme part de l’expérimentation, elle développe l’apprentissage et l’amélioration continue (« fail fast, learn fast »).

En mobilisant par le sens, elle crée l’alignement interne et externe sur une vision mobilisatrice transparente et partagée. Ce partage d’information accroît significativement l’engagement des collaborateurs et leur performance. Dans les modèles plus traditionnels, l’information est conservée par le management, ce qui lui permet d’asseoir son pouvoir. Or, disposer de l’information pertinente au bon moment est un facteur déterminant pour prendre les bonnes décisions au bon niveau.

L’agilité accompagne les startups de leur naissance à leur maturité à condition que leur management prenne conscience dès le départ de son importance et sache maintenir cette agilité dans la durée.

Expert en agilité d’entreprise

Diplômé de l’ENSIMAG, Sébastien possède une double compétence digitale et d’agilité d’entreprise.

Il accompagne depuis 18 ans ses clients dans leurs transformations vers l’agilité en opérant sur leurs modèles opérationnels (processus, organisation et gouvernance) et leurs systèmes d’information. Il soutient ces transformations par une gestion du changement agile particulièrement adaptée au contexte de chacun de ses clients (culture, valeurs, comportements)

Site internet :
http://enterpriseagilist.blogspot.fr
www.agile-enterprise-partner.com

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/in/sdelayre
https://www.linkedin.com/company/agile-enterprise-partner
https://www.linkedin.com/groups/4931360   

Twitter :
https://twitter.com/sebdlbc
https://twitter.com/AgileEntPartner

___________________________________

Rappel Extrait Livre Blanc : Le startuper ce super-héros
___________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel de l’Étude Exclusive en partenariat avec Monkey tie : Les Startupers se démarquent-ils par leur personnalité ?
___________________________________

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Du paradigme de la continuité à celui de la discontinuité #FrenchTech @JCCONTICELLO

Jean-Christophe Conticello - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - par Sébastien Bourguignon

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Du paradigme de la continuité à celui de la discontinuité #FrenchTech @JCCONTICELLO

« Chaque vendredi soir, BlaBlaCar remplit l’équivalent de 5 TGV aux portes de Paris ».

En une phrase, Guillaume Pepy, Président de la SNCF, dirigeant réformateur d’une des plus vénérables institutions françaises résume la force d’une des plus belles pépites de la nouvelle économie.  Disruption rapide, brutale, inévitable.

Cet exemple illustre bien la mesure du fossé entre une demande utilisateur toujours plus exigeante et une offre vieillissante et réglementée.

Nous vivons aujourd’hui une nouvelle “révolution industrielle”, celle du tout-consommateur, de l’instantanéité et de l’hyper connectivité. Elle est portée par des startups, commandos de l’innovation.  Ce mouvement de fond s’identifie aux termes d’Uberisation ou d’Agile, tsunamis dont on comprend qu’ils ne pourront s’arrêter aux transports et touchent déjà d’autres pans de l’économie aussi essentiels que la banque, l’énergie ou la santé.

Deux enjeux majeurs surgissent.

Le premier est, bien entendu, de tirer parti du numérique pour reconstruire et faire adhérer l’usage au client, recentrer l’expérience utilisateur dans la construction des services et des produits.  Aujourd’hui le client-roi, sur-sollicité et volage, devenu consom’acteur chassant en meute par réseau social interposé, veut tout et tout de suite.  L’usage doit être en parfaite adéquation avec les attentes du client, au risque de voir le service disparaitre encore plus vite qu’il est né.

Le second concerne le business model. Les grandes réussites du numérique passent maintenant par des plateformes intelligentes de désintermédiation. C’est ici que nait la nouvelle révolution, ce grand bond en avant de l’économie de marché et ce changement de paradigme culturel. Les tensions économiques et environnementales amènent déjà à consommer différemment. Ainsi, nous posséderons de moins en moins et seront amenés à partager et mutualiser, valeurs propulsées par les nouvelles licornes que sont les NATU (Netflix, AirbnB, Tesla et Uber).

Au-delà, c’est un nouveau modèle managérial qui se fait jour, celui de l’Agilité et du « no management ».  Les nouvelles générations, notamment la « Y », n’ont plus la même relation avec l’entreprise. L’ancien pacte social, celui qui proposait un contrat à durée indéterminée, un emploi à vie dans la même entreprise, est caduc. Et c’est une nouvelle relation qui s’installe, plutôt centrée sur « pouvez-vous m’apporter ce que je recherche » que « mon job est important et je vais construire ma carrière autour de votre entreprise ».

Et si le modèle d’Uber était celui de l’entreprise de demain ? Des freelances à temps partagé entre plusieurs entreprises et staffés en fonction de la typologie des projets proposés pour se concentrer sur ceux pour lesquels les uns et les autres apportent le plus de valeur ? Fin du salariat tel que nous le connaissons, fin du pacte social hérité du XXème siècle.

Depuis 1997, je suis au centre de ces (r)évolutions. A New-York, Londres, Bruxelles, puis Paris où j’ai lancé plusieurs startups dont la dernière, Wemanity. Cette entreprise, fer de lance de la révolution Agile et véritable plateforme entrepreneuriale, incube déjà plusieurs startups comme Kyokita, WeLL, Angus.ai, Mcador, objetsconnectés.net, véritables pépites de l’IoT et  de la robotique.

Dans les startups aujourd’hui, le cycle de vie d’une innovation entre l’idée et le déploiement ne dépasse guère 4 mois, alors que dans une grande entreprise, il dépasse allègrement les 3-4 ans.  Nous sommes passés du paradigme de la continuité à celui de la discontinuité, de l’économie planifiée au « Sprint » où notre quotidien est davantage rythmé par des BMC, Product Backlogs, PO, itérations et autres guildes qui ont remplacé les PMO, directeurs, appels d’offres, organigrammes et autres cycles en V.

Nouveaux paradigmes, nouvelles cultures, nouvelles technologies, nouvelles relations au temps, c’est ainsi que se dessine une hétérogénéité et une volatilité de la concurrence, modèle impossible à développer en interne dans les grands groupes, par culture, par organisation, par ADN.

Les startups conçoivent peu « en chambre » mais prototypent et testent beaucoup. Elles pivotent, s’adaptent, meurent et renaissent rapidement sous des formes plus idoines. Darwinisme économique oblige !

Ainsi, si les grandes entreprises ne réagissent pas plus vite, ne passent pas à une mentalité et une organisation startup, disruptive et innovante, j’estime que d’ici 10 ans, 50 % des entreprises que nous connaissons aujourd’hui seront dépassées et s’éteindront, comme il ne reste plus que 15 % des entreprises composant le Fortune 500 d’il y a 50 ans.

Le moteur de cette révolution se situe, à mon sens, dans la tête de l’entrepreneur.

Tous les jours, ce n’est pas une nouvelle génération de startups que j’observe, mais une nouvelle génération d’entrepreneurs, prêts à se lancer beaucoup plus facilement et rapidement qu’il y a 15 ans.

Prendre un risque vs Tenter sa chance. Voilà ce qui caractérise la mentalité de cette nouvelle génération d’entrepreneurs, qui sait où elle va, qui veut donner du sens à son parcours dès le début, sans devoir attendre 15 ou 20 ans d’expérience ; tout est une question d’affinité au risque et d’aversion à l’échec. Ils ont   intériorisé le risque de l’échec et le bénéfice qu’ils pourront en retirer dans leur parcours ultérieur, personnel ou professionnel.

C’est pour toutes ces raisons que j’ai décidé de créer avec Wemanity, un nouveau format de conseil et d’accompagnement aux startupers et aux grands groupes, inspiré des meilleures pratiques des startups US. Wemanity devient donc une rampe de lancement interne, une véritable plateforme entrepreneuriale ou intrapreneuriale, permettant à des équipes de se former et d’identifier en leur sein les futurs fondateurs, CEOs, CTOs et team members des startups de demain. En deux ans, nous avons déjà lancé 7 startups dans des domaines de pointe sur les objets connectés, le big data, la robotique, les drones, l’AI et accompagné plusieurs dizaines d’entreprises dans leur transformation agile & digitale.

Quelles sont les qualités de ces entrepreneurs ?

La passion, cet état d’âme excessif qui nous aveugle, nous empêche de voir les problèmes, procure de l’énergie pour les surmonter facilement,

L’optimisme qui permet d’apercevoir des opportunités multiples dans toute difficulté.

L’enthousiasme,  ce don d’apprécier ce que l’on a, ce que l’on vit, d’éprouver de la joie dans le travail & dans l’effort, de manifester de l’admiration, de l’étonnement, de l’émerveillement, ce qui a souvent pour effet d’entrainer les autres.

La détermination, qualité cardinale, celle que je recherche avant toute chose chez un entrepreneur. Sans cap et sans capitaine, un navire n’arrive jamais à bon port.

L’entrepreneur se doit d’être exigeant, exemplaire. Il est rarement ce capitaliste souvent cité dans les medias ou les films, comme le requin de service mais, au contraire, celui qui crée de la valeur et se bat en permanence avec et pour les équipes qui l’ont rejoint.

Etre entrepreneur, c’est penser comme un champion, un capitaine d’équipe, et c’est bien l’acharnement plus que l’intelligence et la force qui libère le potentiel d’entreprendre. Comme sa capacité à innover et à se réinventer en permanence.

Les exemples de tous les entrepreneurs qui ont réussi le prouvent. Ils ont tous commis de nombreuses erreurs ou sont passés à côté de la faillite, d’Elon Musk avec Tesla pour laquelle ses financements étaient coupés en septembre 2008, à Sean Parker avec Napster ou encore Steve Jobs, qui rappelons-le a quand même échoué sur de nombreux projets comme l’ Apple II, Lisa, Power Mac ou NeXT … Tous ont multiplié des erreurs et ont rendu indissociables l’échec  de la réussite. L’échec est même devenu le fondement de leur réussite. C’est un cadeau, un moyen d’apprendre toujours plus et ne jamais considérer que nous y sommes arrivés.

Il y a mille façons de réussir. Ce qui a fonctionné une fois ne marchera pas forcément une seconde fois. On se lance, on tombe, on se relève, on retombe et, peu à peu, on comprend comment se relever plus vite & pivoter en ayant appris & tiré ses leçons de ses échecs. Il n’existe aucune manière rationnelle d’expliquer pourquoi ça marche.

Mon objectif avec Wemanity et notre incubateur WeLL, Wemanity Lean Launcher, est bien de créer un éco-système d’entreprises innovantes distinctes, financièrement autonomes et toutes complémentaires & actionnaires les unes des autres afin d’accélérer leur croissance mutuelle avec le sentiment de partager des valeurs & une vision commune. Tous associés conscients de coopérer à un tout plus global à l’image de la ruche, modèle collectif universel.

Je veux faire de chacune de ces jeunes pousses un outsider doté d’une excellente réactivité sur la plupart de ses marchés ciblés.

Après un début de carrière sur les marchés financiers à Paris chez Sécurité Futures, et à NY en M&A chez Morgan  Evan, prend la tête du développement international de la Web Agency  Oven Digital NY en 99. Puis, création de Nexouth (place de marché dans l’énergie), Adneom (leader européen du conseil IT en finance, 850 ingénieurs sur 5 pays), Avilo Capital (fond d’amorçage européen ayant investi dans près de 15 startups), Ingima (conseil dans l’industrie & l’énergie, 150 consultants sur 3 pays). Enfin, lancement de Wemanity en 2013, spécialiste dans la transformation agile et digitale des organisations, et l’incubation de startups dans l’iOT & la robotique.

Site internet :
http://www.wemanity.com/fr/index.html

LinkedIn :
https://be.linkedin.com/pub/conticello-jean-christophe/5/85/749

Twitter :
https://twitter.com/JCCONTICELLO

___________________________________

Rappel Extrait Livre Blanc : Le startuper ce super-héros
___________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel de l’Étude Exclusive en partenariat avec Monkey tie : Les Startupers se démarquent-ils par leur personnalité ?
___________________________________

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Sommes nous à l’aube d’une nouvelle révolution industrielle ? #FrenchTech @xavier_milin

Xavier Milin - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - par Sébastien Bourguignon

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Sommes nous à l’aube d’une nouvelle révolution industrielle ? #FrenchTech @xavier_milin

Sommes nous à l’aube d’une nouvelle révolution industrielle ?

S’il est encore difficile de répondre à cette question nous pouvons constater des changements significatifs, dans un monde où Innovations et Créativité deviennent les maître-mots.

Les progrès technologiques de ces dernières années, la vitesse de l’information et sa multitude bouleversent bon nombre d’habitudes et de métiers, créant de magnifiques opportunités de progrès ainsi que certains risques.

« Uberisation » est le mot qui fait peur. Probablement à juste titre, car aucun secteur d’activité n’est à l’abri. Prenons pour exemple les secteurs du Transport ou de l’Hôtellerie. Que constatons-nous ? Dès lors qu’un marché est « uberisé » dans un pays, la menace de perte d’emplois se multiplie. Pourquoi ? tout simplement parce que l’Uberisation crée de la valeur d’une manière différente, laissant de coté un marché existant, structuré, parfois, vieillissant et vivant trop souvent sur ses acquis.

AirBnB propose des logements en location de courte durée sans posséder le moindre mètre carré d’habitation. Uber ne possède pas de flotte de véhicules, alors qu’il propose dans le monde entier la possibilité de bénéficier d’un transport urbain de qualité. Il en est de même pour BlaBlaCar qui vous fait traverser la France ou l’Inde à un prix défiant la concurrence, et ce sans posséder le moindre véhicule ou la moindre ligne de chemin de fer.

Comment ces structures détrônent-elles les marchés existants ? Par une expérience client exceptionnelle.

Prenons Uber comme exemple. Comme client vous êtes accueilli dans un véhicule propre, par un chauffeur souriant, identifié, qui prend soins de vous et vous donne même le choix de la station de radio. Vous connaissez le montant de votre course et n’avez plus besoin de chercher de la monnaie ou de demander à être arrêté devant un distributeur de billets en craignant les remarques désobligeantes. Tout se fait à partir de la carte de crédit saisie lors de l’ouverture de votre compte sur une application téléphonique ultra simple. Cerise sur le gâteau : on s’intéresse à votre avis sur la qualité du service !

On vous simplifie la vie, en vous proposant un service souvent moins cher et de qualité.

Le plus gros défi face à l’arrivée de ces nouveaux  acteurs réside dans l’emploi. En effet, les emplois à valeur ajoutée se trouvent principalement là où l’entreprise a été créée.

Dans une période où l’emploi est une réelle préoccupation, les états doivent porter une grande attention à ce qui se passe. La France se doit de favoriser le bassin de création de ces structures innovantes et disruptives que l’on appelle startups. C’est d’ailleurs ce qu’elle fait depuis plusieurs années, soit par le biais de soutiens financiers soit par le développement d’initiatives favorisant l’accompagnement des entrepreneurs : incubateurs publics, accélérateurs privés, structures issues de grands groupes, ou encore démarches bénévoles comme le Startup Leadership Program que je dirige depuis 2012 en France.

Si Paris a été surnommée récemment la « nouvelle Silicon Valley » par Johnn Chambers, le patron de Cisco, les autres régions de France sont loin d’être mises de coté.

Ville Connectée ou Ageekulture, Medtech, Biotech, Fintech, Cleantech,…. Autant de sujets où les entrepreneurs français excellent ouvrant de nouvelles voies et faisant avancer le monde.

Mais attention. Tout le monde ne peut pas créer sa startup. Il faut faire attention aux effets de mode et à l’engouement possible d’un éventuel Eldorado. Résoudre un problème, changer le monde sont de belles idées. Et une idée est souvent dans l’air. C’est la qualité de la réalisation qui fera le succès de la startup.

L’initiative de Sébastien Bourguignon relève de l’exploit. Convaincre une centaine d’entrepreneurs de se livrer n’est pas une mince affaire. Il nous permet ainsi dans cet ouvrage de mieux comprendre ce monde qui fait rêver bon nombre de jeunes et qui tient souvent du parcours du combattant. Vision, ténacité, enthousiasme, leadership, sont quelques unes des qualités mises en avant par ces entrepreneurs talentueux qui pour beaucoup sont conscients que ce n’est pas parce qu’ils ont réussi à lever quelques millions d’euros que les challenges sont plus simples.

J’espère que nous aurons la possibilité dans plusieurs années de pouvoir faire le point sur ces entrepreneurs et de voir le chemin parcouru… combien de licornes dans cette liste ? … un nouveau challenge pour Sébastien Bourguignon !

Après 20 ans passés en direction financière en France et à l’étranger, Xavier Milin, Insead, a créé Basics Finance afin d’ accompagner les jeunes structures à très fort potentiel de croissance. Il est par ailleurs en charge des Fintech au sein Paris and Co et dirige le Startup leadership Program Paris.

Site internet :
http://startupleadership.fr

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/in/xaviermilin

Twitter :
https://twitter.com/xavier_milin

___________________________________

Rappel Extrait Livre Blanc : Le startuper ce super-héros
___________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel de l’Étude Exclusive en partenariat avec Monkey tie : Les Startupers se démarquent-ils par leur personnalité ?
___________________________________

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Un tournant historique #FrenchTech @V_Auriac

Vincent Auriac - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - par Sébastien Bourguignon

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Un tournant historique #FrenchTech @V_Auriac

L’environnement économique est très favorable. La croissance est atone, créant de formidables opportunités. Les taux ont été ramenés à zéro par les banques centrales pendant une période considérable. L‘épargne française est abondante et désormais mal rémunérée, va se mettre en quête de nouvelles opportunités de placement.

Plus globalement, nous sommes à la fin d’un monde (celui du pétrole et des énergies fossiles) et à l’aube d’un autre, celui du digital connecté et embarqué, des robots,… Il y a donc tout à faire pour construire le monde de demain !

On ne s’en sortira que par l’entrepreneuriat

La France compte entre 5 et 8 millions de pauvres et 3,5 millions de chômeurs. Le message est clair. Il faut créer des emplois. Nous devons tous devenir des entrepreneurs : de son épargne, de sa carrière, de sa vie ! Quelle forme prendra cet entrepreneuriat ? Autant qu’il y a d’entrepreneurs ! Economie sociale et solidaire, impact investing… La France a besoin de tous ses talents.

Une nouvelle génération

Au delà des clichés sur les chefs d’entreprise qui vont s’installer à l’étranger, la très grande majorité reste en France. La création d’entreprise a la côte. Les grandes écoles s’y mettent, les incubateurs poussent partout. Il faut pousser la porte du NUMA pour se persuader du rebond français.

Nous observons également une nouvelle tendance. Axylia, cabinet de conseil aux associations et fondations, étudie la générosité depuis de nombreuses années. Nous récompensons par des [profit for Non Profit] Awards les initiatives altruistes les plus exemplaires.

En 2014, nous avions récompensé la société Salesforce, leader mondial des logiciels de CRM et cloud computing. En 1999, son fondateur Marc Benioff a créé sa fondation simultanément à sa société en assurant son financement avec le « 1-1-1 model ». 1% du chiffre d’affaires, 1% du temps du personnel et 1% du capital sont donnés à des écoles, des universités, … En 15 ans, ce sont 100 millions de dollars qui leur ont ainsi été versés.

Nous avons accueilli le 6 octobre dernier 6 nominés représentatifs de cette nouvelle économie. Leurs jeunes fondateurs, tous issus de la génération Y, ont dépassé le concept de RSE qui s’évertue à corriger les externalités par des actions ex post. Ils intègrent leur engagement ex ante.

Le grand gagnant, élue par le Jury et les votes du Public, a été la société U2GUIDE. Cette startup du secteur du tourisme flèche 1% de son chiffre d’affaires et 50% de ses profits en direction de projets locaux. Son fondateur Eric Mangin qui est plus poète que nous, parle d’économie du papillon : « une aile qui prend, une aile qui donne », celle qui créé un équilibre entre la production de richesse et la réduction des inégalités à travers le monde, par le biais d’ONG partenaires.

La société U2GUIDE prévoit 12 M€ de reversement en 2019 et autant d’impact social. On imagine le  potentiel de tels reversements à l’échelle du CAC40 ! Rien moins que 10 Mds € (sur la base du partage U2GUIDE) et 30 Mds€ (sur la base du « 1-1-1 model »). Dans ce dernier cas, on atteint une somme équivalente à la moitié du budget des associations en France !

Comme nous, faites le pari de l’innovation… altruiste !

Diplômé ISC, Vincent Auriac débute sa carrière en 1988 comme chargé d’études où il mène des recherches pionnières sur les SCPI ou la sélection de fonds au sein de la société de gestion Apogé dont il termine Associé-Directeur de la Gestion.

En 1995, il participe au lancement du premier fonds de fonds éthiques et à plusieurs voyages d’études sur l’ISR en Europe et aux Etats-Unis. Dès 1999, il anime un fonds de dialogue avec les entreprises du CAC40.

En 2004, il quitte la gestion financière pour cofonder Axylia, société de conseil financier. Les travaux de recherche sont amplifiés durant les crises de 2008 et 2011. En 2013, il en devient le Président.

Vincent Auriac est à l’origine du concept de finance altruiste, de plusieurs fonds de partage et ISR. Il est un ardent défenseur de la finance responsable auprès des porteurs de valeurs que sont les associations et les fondations en tant que démarche universelle et non « de niche ». Il valorise les acteurs exemplaires à travers des événements créatifs comme les Ateliers de la Finance Responsable et les [profit for Non Profit] Awards. 

Vincent Auriac est par ailleurs membre du comité Initiatives Remarquables du réseau Initiative France.

Site internet :
http://www.axylia.com/siteweb/Accueil.html

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/pub/auriac-vincent/7/b2b/124

Twitter :
https://twitter.com/V_Auriac 

___________________________________

Rappel Extrait Livre Blanc : Le startuper ce super-héros
___________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel de l’Étude Exclusive en partenariat avec Monkey tie : Les Startupers se démarquent-ils par leur personnalité ?
___________________________________

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – La vision d’un entrepreneur #FrenchTech @JonathanVidor

Jonathan Vidor - La vision d'un entrepreneur - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - par Sebastien Bourguignon

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – La vision d’un entrepreneur #FrenchTech @JonathanVidor

Etre entrepreneur, c’est savoir innover et persister. Mais c’est aussi et surtout être passionné. La passion est le véritable moteur d’une start-up, c’est elle qui rend possible sa réussite. Pour ma part, j’ai toujours été passionné par l’acquisition de trafic sur le web. J’ai persévéré, pris des risques et parié sur certaines solutions…

Depuis quelques années déjà, je porte également les valeurs de l’entrepreneuriat lors du G20 des Entrepreneurs, un événement international qui rassemble, chaque année, les chefs d’entreprise issus des économies les plus puissantes du monde pour réfléchir à des mesures concrètes visant à relancer l’économie et l’emploi.

Le besoin d’être vu et les enjeux du référencement

Néanmoins, cette belle énergie reste vaine si on ne met pas en place une stratégie de communication pour être vu, auprès de la bonne cible et ce au bon moment. Se faire connaître est un enjeu majeur pour toute start-up qui se lance.

62% des utilisateurs de moteur de recherche ne dépassent pas la première page quand ils effectuent une recherche, il faut donc s’accrocher !

En ce sens, les campagnes de marketing digital sont un coup de pouce non négligeable pour soutenir le développement d’une start-up. Le référencement apporte une véritable opportunité pour les entrepreneurs, quelques soient leurs objectifs : visibilité, trafic, génération de prospects, développement des ventes, retour sur investissement…

Fort de ce constat, j’ai créé JVWEB en 2004, une agence spécialisée en e-marketing, pour accompagner les marques via une stratégie globale, cohérente, et un suivi sur le long terme. J’ai ainsi participé au développement de start-ups émergentes comme Blablacar, MacWay, Exaprint, Verycook, Sushi Shop, Love2Recycle, Unkut, Vide Dressing, Marésidence…

Mon expérience

Ma plus grande réussite est d’avoir transformé une passion en une entreprise, et ainsi de permettre à des jeunes sortants de l’école d’apprendre un métier d’avenir innovant.

J’ai également rencontré certaines difficultés lors de ma carrière, notamment au niveau de la commercialisation de nouveaux outils via un mode de distribution différent des prestations de services que nous proposons habituellement. Ces nouveaux produits ont nécessité une remise en cause de notre stratégie commerciale aussi bien du point de vue de la commercialisation que de la distribution. J’ai ainsi appris que l’on ne peut pas tout le temps surfer sur la réussite de certains leviers pour en développer d’autres, il est parfois nécessaire de remettre en question sa manière de voir les choses et de travailler pour avancer.

Le réel défi au quotidien et celui pour lequel j’ai le plus d’appétence est l’innovation.

Pour être et rester le premier, il faut innover et se donner les moyens. De notre côté, nous avons une réelle antenne dédiée à l’innovation, composée d’une équipe de 6 ingénieurs. Ils assurent le développement de nos propres outils de suivi et d’optimisation de campagnes pour toujours plus de performance pour nos clients.

Vous l’aurez compris, en tant qu’entrepreneur j’ai tout de suite cerné l’importance du référencement et de la visibilité sur le web pour les start-ups, j’en ai d’ailleurs fait mon métier. Aider et accompagner au quotidien les entreprises dans leur développement est ce que nous faisons de mieux, et nous continuerons à le faire, c’est notre vocation !

Passionné par le webmarketing et animé par l’envie d’entreprendre, Jonathan Vidor lance sa première startup dans la téléphonie mobile à l’âge de 17 ans en 1998. Dès lors plus rien ne l’arrête et d’autres services aux domaines variés voient le jour (hôtels, voyages, rencontres…).

En 2004, Jonathan Vidor fonde JVWEB. Avec 5,5 millions d’euros de CA réalisé en 2014, l’agence spécialisée en e-marketing (Liens sponsorisés, référencement naturel, Google Shopping, Facebook Ads, Analytics, RTB et formation) est aujourd’hui pionnière en Europe. En parallèle, il enseigne à Paris le Search Marketing et le Web Analytics au MBA MCI à Léonard de Vinci (n°1 du e-Business) et donne des cours sur AdWords et le Référencement Naturel à HEC Paris.

Depuis sa levée de fonds en Septembre 2014, JVWEB a notamment été récompensée à de nombreuses reprises : élue « l’Agence Search de l’année 2015 » (Nuit des Rois), le Trophée « Performance Commerciale et Management » (DCF) ou le Grand Prix Régional et le prix de la Culture client des Masters de la Lettre M…

En 2014 et en 2015, il rejoint la Délégation Française du G20 des Entrepreneurs et est invité à participer à la dynamisation de l’écosystème entrepreunarial.

Site internet :
http://www.jvweb.fr

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/in/jvweb

Twitter :
https://twitter.com/JonathanVidor

___________________________________

Rappel Extrait Livre Blanc : Le startuper ce super-héros
___________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel de l’Étude Exclusive en partenariat avec Monkey tie : Les Startupers se démarquent-ils par leur personnalité ?
___________________________________

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Accélération de statup #FrenchTech @EBurdier

Eric Burdier - Accélération de startup - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - par Sebastien Bourguignon

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Accélération de statup #FrenchTech @EBurdier

1) Principes de l’accélération

La formule « accélération de startups » est née aux US dans les années 2000 sous l’impulsion d’entrepreneurs à succès qui ont vu, dans l’avènement des technologies numériques, les moyens de développer de nouveaux modèles de croissance rapide d’entreprises innovantes.

Rapidement rejoints par des investisseurs en capital-risque, les 1ers accélérateurs ont vu le jour : Y Combinator en 2005 dans la Silicon Valley, Techstars en 2007. Les modèles qui suivront en Europe s’appellent SeedCamp, StartupBootCamp ; en France, le Camping ou encore l’Accélérateur ont ouvert la voie, rejoints à partir de 2013 par les accélérateurs verticaux comme Axeleo dans le BtoB.

Il s’agit principalement d’organismes privés, qui vont s’impliquer davantage dans les aspects “business” des startups que les incubateurs. Fonctionnant la plupart du temps en promotion de 5 à 50 startups sur des durées de 4 à 6 mois, des équipes de mentors appuient sur des formats courts et dynamiques les réflexions des fondateurs sur l’ensemble des éléments permettant de donner des bases saines à des projets ambitieux et innovants : travail intensif sur la définition des propositions de valeur et des besoins du marché, structuration de la stratégie et des processus commerciaux, préparation intensive aux phases de croissance rapide, réflexion sur le recrutement de talents pour compléter l’équipe de fondateurs, recherche des 1ers financiers et les incontournables préparations aux pitchs investisseurs. L’objectif des principaux accélérateurs est souvent simple : sur un format « Demo Day », identifier les meilleures équipes qui pourront trouver un 1er financement généralement situé entre 300K€ et 500K€.

2) Diversité des modèles

Le nombre de startups étant en pleine explosion, le nombre d’accélérateurs suit logiquement cette croissance avec des modèles qui se distinguent :

Ceux adossés à un fonds d’investissement qui, en plus du service et de l’accompagnement, prennent une première participation dans les projets, en leur apportant des financements sur des modèles éprouvés comme Techstars ou 500 startups. Ces modèles sont aujourd’hui les plus matures avec des acteurs en phase d’expansion internationale et qui disposent de différents fonds suivant la maturité de leurs startups à l’image du fonds growth de 800M$ levé en octobre 2015 par YC.

Ceux qui valorisent leurs services contre une prise de participation à l’image de Numa Sprint, 50 Partners ou l’Accélérateur avec parfois un investissement minimale de 25 000 à 50 000€.

Les accélérateurs corporates font aussi leur entrée dans ce monde : certains ont déjà leurs propres programmes d’incubation depuis longtemps (au premier rang desquels on trouve les opérateurs téléphoniques). La nouvelle tendance pour les “corporates” est de se rapprocher d’accélérateurs sous un format de joint venture comme Techstars avec Metro ou Barclays par exemple. Leur objectif principal est la mise à disposition de leurs ressources métiers et de leurs force de frappe pour se rapprocher des acteurs qui pourraient les disputer demain.

3) Le modèle d’Axeleo

Si les principes d’accélération sont assez similaires de part le monde, des verticalisations sont nécessaires pour fournir des programmes avec un plus fort impact sur la croissance des startups. C’est le cas d’Axeleo dans le BtoB.

En effet, les cycles d’émergence, de maturation business, de financement, de diffusion commerciale, est diffèrent radicalement et nécessitent des approches spécifiques.

Axeleo est un accélérateur de startups tech BtoB qui connaissent les besoins classiques d’entreprises ayant passé le cap de l’amorçage et souhaitant accélérer leur développement commercial : besoin de structurer leur modèle, de structurer leurs processus, de recruter des talents, de lever des fonds… et de se préparer pour une croissance très rapide.

C’est notre mission quotidienne qui visent à lever 8 enjeux essentiels :

  • Manque de focus. L’entrepreneur est confronté à une complexité telle qu’il a du mal à voir ce qui compte vraiment à court et moyen termes. Axeleo et ses entrepreneurs agissent comme un miroir pour aider à la priorisation.
  • Proposition de valeur incomplète pour satisfaire l’ensemble du besoin client. Offrir un produit, c’est bien. Comprendre réellement quels sont les besoins du client et comment apporter des réponses plus complètes est non seulement une source de plus de business, mais aussi et surtout l’assurance d’avoir une place de choix, comme partenaire de ses clients et non comme simple brique technologique ou comme fonctionnalité « nice-to-have”.
  • Business model immature. Axeleo accompagne les différentes itérations du modèle économique et les prises de décisions (douloureuses, mais nécessaires) amenant à des changements de plans parfois radicaux pour adresser le point de la chaine de valeur sur lesquels les perspectives marchés sont les plus prometteuses.
  • Sous-financement & sous-capitalisation. Si le chiffre d’affaires est la meilleure source de financement de l’entreprise, accélération rime souvent avec levée de fonds. Axeleo apporte (souvent) un premier financement et accompagne les startups dans leurs levées de fonds (500 K€ à 5 M€) pour leur donner les moyens de leurs (grandes) ambitions.
  • Time-to-Market trop long. Engagées dans une course contre la montre, les startups doivent certes se financer, mais aussi et surtout rencontrer leur marché le plus rapidement possible, quitte à faire sortir les entrepreneurs de leur zone de confort très tôt. Axeleo intervient également en mettant en relation startups et clients grands comptes, distributeurs ou intégrateurs pour développer des synergies commerciales ou technologiques.
  • Manque d’expérience commerciale et internationale. Avoir, dès le premier jour, une ambition et une réflexion internationales, notamment dans la mise en place de la distribution de ses services, est l’une des clés de la formation des champions de demain. Axeleo mutualise les expériences de son réseau pour exécuter plus rapidement des croissances hors de France et limiter les nombreux écueils inhérents au développement international.
  • Efforts marketing et commerciaux sous-estimés & un business-development inapproprié. Le mal français ? Même (et surtout !) pour des startups BtoB, les mots marketing, structuration des ventes et business development sont des clés du succès. Parvenir à les maîtriser participe à la création du “moteur de croissance” nécessaire à toute jeune entreprise. Axeleo travaille “from day 1” sur ces problématiques structurantes et active son réseau de relations ses connexions business en France et ailleurs à l’international pour provoquer les premières victoires commerciales.
  • Difficulté à recruter des talents. En percevant les besoins (et en essayant de les devancer) et en parvenant à attirer des collaborateurs (ou associés) de talent, les startups font un gros bout du chemin. Axeleo met à profit son réseau d’entrepreneurs et d’entreprises pour mutualiser l’accès aux talents et augmenter les chances pour les entreprises de son portefeuille de les attirer.

Notre vision de l’accélération porte sur une approche qualitative (8 startups par an sur > 550 vues en 18 mois) dans la durée : notre programme porte sur 18 mois et mixe coaching individuel, sessions de groupe, partages d’expériences de ceux qui “sont déjà passés par là, se sont déjà plantés”, mise en relation avec des décideurs pour débloquer, très vite, les premiers deals…

Axeleo c’est aussi une véritable communauté, de plus de 40 entrepreneurs accomplis et en devenir, de la French Tech (Axeleo est le 1er accélérateur soutenu par le Fonds French Tech Accélération opéré par Bpifrance) mais aussi avec les apports d’experts sectoriels ou thématiques, ainsi qu’une proximité, qui grandira encore, avec les grandes entreprises et les VC français et internationaux.

Aux côtés des entrepreneurs 7 jours sur 7, nous n’avons qu’un objectif commun : la réussite des startups et des entrepreneurs.

Diplômé de l’EISTI et de Grenoble Ecole de Management, Eric Burdier intervient depuis près de 15 ans dans le conseil, l’accompagnement et le financement de l’innovation en France et en Europe. 

Eric co-fonde, aux cotés de Christophe Dumoulin (Business & Décision) et de Laurent Fiard (Visiativ), Axeleo en novembre 2013. Axeleo est le 1er accélérateur dédié à l’accompagnement de startups tech BtoB et fédère plus de 40 entrepreneurs à succès. Axeleo est le 1er investissement du Fonds French Tech Accélération opéré par Bpifrance (www.axeleo.com).

Membre actif de différentes initiatives pro-startups, Eric est vice-président de l’association Lyon French Tech et il est aussi impliqué sur BigBooster, 1er programme d’accélération entre Lyon et Boston.

Site internet :
http://www.axeleo.com

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/pub/eric-burdier/3/7b2/704

Twitter :
https://twitter.com/EBurdier

___________________________________

Rappel Extrait Livre Blanc : Le startuper ce super-héros
___________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel de l’Étude Exclusive en partenariat avec Monkey tie : Les Startupers se démarquent-ils par leur personnalité ?
___________________________________

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Dessiner le futur #FrenchTech @nicolashazard

Nicolas Hazard - Dessiner le futur - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - par Sebastien Bourguignon

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – Dessiner le futur #FrenchTech @nicolashazard

On en a entendu des mots, des analyses, sur cette fameuse génération Y ! Mais a-t-on vraiment su lire et comprendre ce mouvement de jeunes entrepreneurs qui est en train de se mettre en place ?

La génération d’entrepreneurs qui arrivent sur le marché du travail chamboule nos habitudes. Elle crée des entreprises qui facilitent les usages du quotidien, elle nous donne de nouvelles opportunités de circuler, de voyager, de se rencontrer. Elle décloisonne notre société et apporte des solutions à nos problématiques contemporaines (mobilité, chômage, environnement, gaspillage, logement etc).

Avec leur start-up, les entrepreneurs construisent demain. Ils dessinent peu à peu une nouvelle économie dite circulaire, collaborative, digitale, sociale etc. Ce sont eux les véritables acteurs du changement.

Certains ainsi veulent créer des entreprises ayant un impact positif sur la société. Comme promouvoir le tri des déchets, se servir de la technologie au service des causes nationales ou utiliser le numérique pour inventer des nouvelles formes de consommation afin d’éviter le gaspillage. Derrière la création d’entreprise, on peut ainsi y lire un véritable engagement citoyen.

Cette « révolution » économique qui s’installe peu à peu, induit une transformation en profondeur de notre société, que cela soit sur notre manière de nous déplacer ou notre façon de consommer. Dans un futur proche, l’on consommera moins mais mieux, chacun préféra peut-être devenir prestataire de service plutôt que propriétaire de biens, on fera de plus en plus attention à notre empreinte écologique, on veillera dans son ensemble à notre propre qualité de vie comme à celle de son prochain.

Les entrepreneurs avec leur start-up sont des créateurs de richesses sociales puisqu’en plus de créer de l’activité, ils permettent de créer de l’emploi. Cette force-là, il faut pouvoir l’encourager et la représenter, c’est ce que nous faisons au Comptoir de l’Innovation.

Parmi les entrepreneurs en devenir, certains n’ont pas les clefs de réussite pour créer leur propre entreprise. Pour tous ces jeunes qui sont talentueux mais sans diplômes et qui n’arrivent pas à trouver de financement, nous devons créer davantage de structure pour les accompagner. Cela commence par introduire plus de formations à l’entrepreneuriat dès le lycée, ainsi que des « incubateurs dédiés aux jeunes pousses » qui puissent les accueillir. Il y a ainsi des milliers de talents qui mériteraient d’être encouragés.

L’effervescence actuelle autour de l’innovation française nous rappelle cette chose : nous avons besoin d’un imaginaire collectif pour s’approprier le futur. Les entrepreneurs, ces inventeurs des temps modernes, ont pris le relais. Ils incarnent le « rêve français ». Une méritocratie dans laquelle les idées prennent vie. Pour les prochaines générations, réintroduisons de l’imaginaire !

Nicolas Hazard est Président du Comptoir de l’Innovation 1 (Paris), un fonds d’investissement qui accompagne l’entrepreneuriat à travers le monde, notamment via un réseau international d’incubateurs.

Il organise par ailleurs l’événement Impact², le « Davos » de l’entrepreneuriat social à l’Hôtel de Ville de Paris, qui réunit chaque année près de 1500 décideurs économiques et politiques, venus de 50 pays. Retrouver l’intervention de Nicolas à Impact² Edition 2015 sur Youtube.

Il vit entre Paris et San Francisco, ville dans laquelle il développe une start-up Calso Inc, aux côtés de nombreux partenaires (Google, Ebay etc.), notamment pour développer des modèles innovants d’entreprises sociales. Il vient de lancer la première entreprise d’insertion des Etats-Unis, pour former 85 jeunes défavorisés de la région de San Francisco.

Nicolas Hazard est diplômé d’HEC et de Sciences-Po Paris. Il a été élu en 2015 « Young Global Leader » par le World Economic Forum et est lauréat du prix Montgolfier (comité des Arts économiques).

Site internet :
http://www.lecomptoirdelinnovation.com

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/pub/nicolas-hazard/9/290/bb3

Twitter :
https://twitter.com/nicolashazard

___________________________________

Rappel Extrait Livre Blanc : Le startuper ce super-héros
___________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel de l’Étude Exclusive en partenariat avec Monkey tie : Les Startupers se démarquent-ils par leur personnalité ?
___________________________________

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – L’entrepreneuriat en France est le terreau d’une évolution sociétale profonde #FrenchTech @fredeclav

Frédérique Clavel - L’entrepreneuriat en France est le terreau d’une évolution sociétale profonde - Extrait Livre Blanc 80 #PortraitDeStartuper - par Sebastien Bourguignon

[#80PortraitDeStartuper] Extrait – L’entrepreneuriat en France est le terreau d’une évolution sociétale profonde #FrenchTech @fredeclav

Lorsque Sébastien Bourguigon m’a sollicité pour préfacer son livre digital j’ai immédiatement accepté pour plusieurs raisons :

La première c’est que cela me faisait plaisir. Bonne raison, suffisante en elle même, non ?

La seconde c’est que mon engagement en faveur de l’entrepreneuriat pour notre pays ne date pas d’hier puisque j’ai eu, entre autres, la chance et l’honneur de présider du temps de la Ministre Fleur Pellerin  l’Agence Pour la Création d’Entreprise et de coordonner les premières assises de l’entrepreneuriat ! J’ai eu la charge de remettre les 44 mesures issues de ce travail colossal et innovant, associant fonctionnaires de Bercy, 11 ministres et cabinets, des entrepreneurs, à François Hollande. J’en ai été la première Présidente, telle une vraie Pionnière. Et soutenir l’initiative de Sébastien Bourguignon me paraissait à ce titre de l’ordre du devoir  agréable.

La troisième c’est qu’il me paraissait important de pousser la note en faveur de l’entrepreneuriat féminin, puisqu’il y a dix ans déjà j’ai créé le premier incubateur au féminin, Paris Pionnières qui depuis a fait de nombreux petits en France métropole, dans les DOM TOM, au Bénélux et au Maroc.

Le réseau « Les Pionnières » regroupe aujourd’hui 17 incubateurs et accompagne chaque année 250 entrepreneuses innovantes. C’est un réseau jeune et en plein développement. L’entrepreneuriat féminin n’est plus un thème de débat, c’est aujourd’hui à l’action démultipliée qu’il faut passer.

L’entrepreneuriat aujourd’hui en France c’est à la fois le moteur économique, la source des innovations majeures, et le terreau d’une évolution sociétale profonde.

  1. 1. Le moteur économique : Si aujourd’hui la plupart des emplois sont le fait des grandes entreprises, il en est tout autrement des créations d’emplois. Aujourd’hui les créations d’emplois sont le fait de jeunes entreprises en développement et d’entrepreneurs créant leur propre emploi.
    L’entrepreneuriat féminin s’il était développé pour atteindre 50% des créations d’entreprises représente à terme un stock d’un millions d’entreprises nouvelles et environ 3 Millions d’emplois. Un sujet qui mérite non pas qu’on en parle mais que l’on agisse vraiment ! et surtout qu’on y mette ensemble les moyens .
  1. La source des innovations majeures. L’économie collaborative qui représente aujourd’hui une grosse partie des innovations à succès (Air B&B, Blablacar, Criteo) n’est pas issue des départements innovation des grands groupes, mais de l’imagination créatives d’entrepreneurs qui ont a cœur de faire changer le monde.
  1. Le terreau d’une évolution sociétale profonde. Je suis toujours stupéfaite de constater la passion qui anime les « jeunes » (quelque soit leur âge) entrepreneurs et entrepreneuses et leurs équipes au regard de la résignation de salariés même de haut niveau dans les organisations plus mature. Et au-delà des innovations évoquées plus haut c’est aussi de la « reve-evolution du monde du travail » qu’il s’agit. Organisations souples, agiles, écrasant les hiérarchies. Association d’entrepreneurs individuels, coworking, open innovation, l’entrepreneuriat préfigure d’un nouveau monde professionnel ou la connaissance est à portée de clic et la compétence est liée à la capacité de travailler avec les autres sans préjugés d’âge, de genres ou de culture.

Merci Sébastien Bourguignon, de votre initiative qui met en valeurs ces femmes et ces hommes qui prennent le risque d’entreprendre et ainsi de nous communiquer leurs réves et passions.

Frédérique Clavel, EMNormandie et INSEAD (IEP 2000), après une carrière dans la banque et la finance, elle devient entrepreneuse à l’âge de 40 ans.

En 2001, elle crée Fincoach en 2001, entreprise d’accompagnement des stratégies financières des pour les entrepreneurs.

En 2005, elle fonde “Les Pionnières” un réseau d’incubateurs qui se concentre sur les femmes et l’innovation. www.lespionnieres.org. Elle en est la Présidente.

En 2010, elle co-crée Mix For Value, une société d’investissement destinée à prendre des participations minoritaires dans de jeunes entreprises de services innovants à haut potentiel. Elle en est CEO.

De 2012 à 2014, elle a été Présidente de l’Agence pour la créeation d’entreprises nommée par Fleur Pellerin, alors Ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Économie numérique.

Elle a été Directeur Non Exécutif dans plusieurs PME dans le retail et l’IT.

Frédérique Clavel est Chevalier National de l’Ordre du Mérite et de la Légion d’Honneur.

Site internet :
http://www.pionnieres.paris

LinkedIn :
https://fr.linkedin.com/pub/frederique-clavel/0/21a/19

Twitter :
https://twitter.com/fredeclav

___________________________________

Rappel Extrait Livre Blanc : Le startuper ce super-héros
___________________________________

___________________________________
Rappel Livre Blanc : 80 #PortraitDeStartuper
___________________________________

_____________________________________________________________________________
Vous pouvez retrouver ce livre blanc en téléchargement gratuit sur l’ensemble des plateformes ci-dessous :
logo-slideshare logo-calaméo logo-scribd logo-les-livres-blancs logo-youscribe logo-monbestseller logo-wobook logo-microsoft-docs
_____________________________________________________________________________

___________________________________
Rappel de l’Étude Exclusive en partenariat avec Monkey tie : Les Startupers se démarquent-ils par leur personnalité ?
___________________________________